Furocoumarine et pyrocoumarine… Voilà deux noms barbares derrière lesquels se cachent deux molécules qui confèrent aux essences et huiles essentielles qui en contiennent des propriétés photosensibilisantes.

La photosensibilisation, comment ça marche ?

Exposée à ces composés, la peau est plus vulnérable aux UV ce qui peut entraîner des rougeurs,  des érythèmes voire des  brûlures. Ce phénomène est décrit pour une application cutanée de ces essences et HE. Si cet effet secondaire est parfois décrit lors d’une prise par voie orale, l’intensité des réactions est sans comparaison avec la voie cutanée.

 

Quelles sont les essences et huiles essentielles concernées ?

  • Toutes les essences des zestes de la famille des Citrus :
    • Le  citron (Citrus limon)
    • Le pamplemousse (Citrus x paradisi ou Citrus maxima = Citrus grandi =Citrus decumana)
    • La mandarine (Citrus reticulata ou Citrus deliciosa)
    • L’orange (Citrus aurantium)
    • Le lime ou citron vert (Citrus latifolia et Citrus aurantiifolia)
  • En dehors des essences de zestes de citrus deux huiles essentielles en contiennent :
    • Le Khella (Ammi visnaga)
    • L’angélique (Angélica archangelica)

 

Quelles précautions prendre ?

Compte tenu de leur toxicité vis-à-vis des rayons du soleil, les précautions sont des règles de bon sens :

  • Ne pas appliquer ces essences et huiles essentielles avant une exposition au soleil.
  • Respecter au moins 8 heures entre une application cutanée et une éventuelle exposition au soleil.

 

En résumé, une application le soir ne fait courir aucun danger pour la journée du lendemain.

 

Votre pharmacien et son équipe sont là pour vous accompagner. Demandez leur conseil pour un usage des essences et huiles essentielles en toute sécurité.

PHARM-UPP Notre métier, pharmacien Notre ambition, être le partenaire dédié à votre santé
accueil, écoute, conseil