Luter contre le technostress

ParThomas DUBOIS

Luter contre le technostress

Préambule
Ce travail a été réalisé dans le cadre de mon cursus à l’INSA de Rouen, ceci n’est pas une publication officielle de l’INSA de Rouen.


Introduction
Aujourd’hui, 190 000 SMS sont envoyés par seconde à travers le monde. Les nouvelles avancées technologiques de ces dernières années ont bien fait évoluer nos manières de communiquer et nos rapports humains.


Ces nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ont permis de garder le contact avec des personnes éloignées, nous ont permis de pouvoir nous informer sur n’importe quel sujet en quelques secondes si l’on a accès à Internet et ont diminué nos délais de correspondances. Qui pense encore à envoyer une vingtaine de lettres à ses amis pour les convier à un anniversaire ?

Un événement Facebook, quelques appels téléphoniques ou un e-mail groupé et les choses seront réglées en quelques secondes, sans soucis de la localisation de chacun et sans coût supplémentaire pour l’émetteur.


Les NTIC se sont fait leur place dans notre vie quotidienne, tant dans notre vie privée où elles ont modifié nos manières de communiquer ou de nous informer que dans notre univers professionnel où les méthodes de travail ont évolué suite à leur développement fulgurant. Aujourd’hui, l’usage de nos téléphones portables, ordinateurs, smartphones, tablettes s’est démocratisé et leur utilisation est de plus en plus intensive. Ces NTIC, omniprésentes dans nos vies, possèdent des avantages certains mais également d’importants défauts.


Les smartphones nous permettent d’être connectés à tout instant, nous devons répondre à une masse toujours plus importante d’e-mails et le travail s’immisce de plus en plus dans notre vie privée par le biais des nouvelles technologies. Voici quelques facteurs qui nous amènent à nous poser la question suivante : « Les nouvelles technologies de l’information et de la communication accentuent-elles notre stress ? ».


De toute évidence, la réponse à cette question est oui ; on parle du phénomène de technostress. Ce terme est utilisé pour les personnes souffrant de crises d’angoisse et de dépressions dans un environnement technologique déshumanisé.


Notre fil rouge est donné par la précédente question, et toutes les autres qui en découlent : les NTIC peuvent-elles être néfastes dans notre travail ? Où se situent les barrières entre vie privée et vie professionnelle ? Suis-je capable de me déconnecter complètement ? Comment peut-on faire un meilleur usage des NTIC ? Comment les entreprises peuvent-elles lutter contre le technostress ?


La première partie sera consacrée aux causes et effets du technostress en étudiant la genèse de ce phénomène, la pression permanente exercée par les entreprises, la rupture qu’ont entrainée les NTIC entre la vie professionnelle et la vie privée et enfin les différents effets du technostress et les dangers associés. La deuxième partie quant à elle mettra en évidence les différents moyens de lutte contre le technostress, les actions que peuvent mener les entreprises, le besoin de conserver des relations interpersonnelles et enfin la nécessité d’une prise de conscience des enjeux et d’une éducation des utilisateurs vis-à-vis des NTIC.


Plan détaillé

I-Causes et effets du technostress
a.La genèse du technostress
• L’essor des NTIC.
• Révolution de nos manières de communiquer.
• Nouvelle organisation des entreprises.
b.La pression permanente des entreprises
• Obligation pour les cadres de consulter et de répondre aux emails.
• Les salariés sont livrés à eux-mêmes avec les contraintes.
c.La rupture de la barrière vie professionnelle / vie privée
• Impossibilité de se déconnecter.
• Interférences du monde professionnel sur la vie privée.
d.Les effets du technostress et leur danger
• Cerveau non adapté aux multitâches et aux multiples sollicitations.
• Reploi sur soi, rejet, stress, arrêts maladie, suicide.

II-Lutter contre le technostress


a.Les actions possibles des entreprises
• Charte de bonne conduite vis-à-vis des NTIC.
• Réduction des emails, conduite d’audits.
b.La nécessité de la dimension humaine dans les relations interpersonnelles
• Espaces communs pour créer des liens : réunions, imprimantes, machines à café.
• Les NTIC sont nécessaires mais ne peuvent et ne doivent pas remplacer les relations interpersonnelles.
c.Prise de conscience des enjeux et éducation de la population
• Campagne d’information, nécessité d’instaurer une bonne conduite vis-à-vis des NTIC via l’éducation.
• Enjeux économique, social et médical.

À propos de l’auteur

Thomas DUBOIS administrator

Laisser un commentaire