« Bon cholestérol », « mauvais cholestérol », ça se voit comment ?

Seule la prise de sang permet de savoir si vous avez du cholestérol en excès. Le taux global de cholestérol à ne pas dépasser, autrefois fixé à 2g/l est devenu obsolète aujourd’hui. Les médecins ne raisonnent plus en termes de globalité mais de « bon » et « mauvais » cholestérol et de facteurs de risque associés (qui démultiplient le risque de maladie cardiovasculaire).

Le HDL cholestérol (HDL-C) protège les artères en jouant les éboueurs. Accroché à une protéine transporteuse, il capte tout le cholestérol en excès déposé sur les artères et le conduit vers le foie où il est éliminé ou recyclé. Le LDL cholestérol (LDL-C) suit le mouvement inverse, il quitte le foie vers les tissus où il est capté, et, en excès, il encrasse les artères provoquant l’athérosclérose avec le risque d’infarctus (13.000 décès par an) et d’accident vasculaire cérébral (33.000 décès par an).

Quel est le bon taux de cholestérol ?

Le taux habituel de cholestérol total est inférieur à 2g/l, il inclut le taux de HDL-C, celui de LDL-C et un cinquième du taux de triglycérides (un autre types de graisses circulant dans le sang). Mais chacun à son « taux normal » en fonction de ses propres facteurs de risques.

Selon les recommandations de l’AFSSAPS en 2005 (qui est aujourd'hui devenue l'Agence Nationale de sécurité du Médicament et des Produits de Santé ou ANSM).

Le taux de LDL-C recommandé est :

  • inférieur à 2,20 g/l, sans aucun facteur de risque
  • inférieur à 1,90 g/l avec un facteur de risque
  • inférieur à 1,60 g/l avec deux facteurs de risque
  • inférieur à 1,30 g/l avec trois facteurs de risque ou plus
  • inférieur à 1g/l avec antécédent ou maladie cardiaque

Les facteurs de risque (ou de protection) à prendre en compte sont :

  • l’âge. (Avez-vous plus de 60 ans, 50 ans ou plus chez l’homme) ?
  • Les antécédents familiaux de maladie coronaire précoce
  • Le tabac. (Fumez-vous ou avez-vous arrêté depuis moins de trois ans ?)
  • Le diabète. (Souffrez-vous d’un diabète de type 2, traité ou non) ?
  • Le HDL cholestérol devient protecteur lorsqu’il est supérieur à 0,60 g/l. (Si oui, vous pouvez alors « soustraire » un risque pour faire votre évaluation).

Régime ou médicaments ?

Selon les recommandations officielles, aucun traitement anti-cholestérol ne doit être appliqué pour un risque cardiovasculaire faible et sans avoir suivi au préalable un régime adapté pendant trois mois, souvent efficace et suffisant. C’est seulement en cas d’échec, que l’on envisagera la prescription de médicaments abaissant le taux de cholestérol (statines).

Lorsqu’on est à haut risque cardiovasculaire (risque à 10 ans de faire un événement cardiovasculaire supérieur à 20 % ou risque de décès supérieur à 5%), les statines apportent une protection cardiovasculaire complémentaire des bénéfices fournis par les règles hygiéno-diététiques.

Que manger ?

Ce doit être du « sur-mesure ». Généralement le médecin prescrit le régime, et la diététicienne l’élabore à la suite d’un véritable interrogatoire alimentaire qui doit lui permettre de traquer les mauvaises habitudes. Si vous mangez de temps en temps des œufs ou des rillettes réputés pour leur haute teneur en cholestérol, pas de soucis à condition de rester « raisonnable dans vos excès ». En revanche, si vous êtes régulièrement gourmand de plats en sauce et de viennoiseries « pur beurre », alors il vous faudra sérieusement rectifier le tir. Le but du régime n’est pas de manger pauvre en cholestérol en vous obnubilant sur sa teneur dans les aliments ; le but, c’est de limiter l’ensemble des matières grasses. Elles ne doivent pas dépasser le tiers de votre ration alimentaire. Ce qui laisse la place aux autres aliments intéressants. Vous mangerez forcément plus de fruits, de salades, de crudités, de légumineuses et de céréales complètes. Vous privilégierez les fromages et laitages maigres, les volailles et poissons cuisinés aux épices et aux légumes. Cette façon de s’alimenter ressemble très fort au « régime crétois ou méditerranéen ».

Et les oméga trois ?
Les fameux oméga 3 sont particulièrement intéressants, ils favorisent la baisse du mauvais cholestérol et la hausse du bon. Ils fluidifient le sang et préviennent les thromboses (vaisseaux bouchés par des caillots). Vous les trouverez en abondance dans les poissons gras et frais (saumon, sardines, harengs, maquereau, flétan, anchois non salé, bar, rouget, anguille). Ils sont à consommer deux fois par semaine.

PHARM-UPP Notre métier, pharmacien Notre ambition, être le partenaire dédié à votre santé
accueil, écoute, conseil