Quels sont les signes d’une dermatite atopique ?

La dermite atopique ou eczéma atopique se manifeste par :

  • Une peau très sèche
  • Des plaques rouges et inflammatoires
  • Des démangeaisons appelées aussi prurit
  • Parfois des croutes

Chez le nourrisson, les lésions se situent surtout sur les joues, le front ou le menton.

Plus tard, vers deux ou trois ans, l’eczéma se retrouvera surtout au niveau des plis : des oreilles, des doigts, des coudes, des genoux, des poignets, des chevilles ou du cou.

Lorsque la dermite atopique persiste à l’âge adulte, elle touche surtout le visage et le haut du thorax.

La dermatite atopique est aussi caractérisée par une évolution dite « par poussées ». En effet, la peau alterne les « périodes de crise » où les lésions sont nombreuses, inflammatoires  et douloureuses et des « périodes d’accalmie » ou les lésions sont peu nombreuses voire inexistantes.

Quelles sont les causes de la dermatite atopique ?

La dermite atopique est une pathologie dont les origines sont complexes et de plusieurs natures.

Une peau anormalement perméable

Normalement, la peau joue un rôle de barrière, elle retient l’eau et empêche les allergènes, susceptibles de déclencher une réaction allergique et /ou inflammatoire, de pénétrer.

Dans le cas de la peau atopique, la barrière épidermique est altérée :

  • elle ne retient pas assez l’eau
  • elle laisse passer les allergènes
  • son ph est modifié (pas assez acide) ce qui ralentit les mécanismes de réparations cutanées, active des enzymes qui endommagent la barrière cutanée et favorise également la prolifération de bactéries pathogènes.

Des études récentes ont démontré que les peaux atopiques avaient un déficit en filaggrine, protéine indispensable au bon fonctionnement de la barrière épidermique.

Le terrain atopique

Dans l’atopie, ou chez les terrains dits atopiques, il existe des facteurs génétiques exposant à des réactions excessives aux allergènes.

Ces sujets vont posséder ou fabriquer trop d’anticorps spécifiques, les IgE (immunoglobulines E). Ces immunoglobulines sont impliquées dans des réactions de type eczéma, rhino-conjonctivite, l’asthme etc.

Du fait de cette anomalie du système immunitaire, les personnes atopiques vont parfois développer une hypersensibilité à certains allergènes qui n’entraînent aucune réaction chez les personnes non atopiques.

Dans l’atopie, la peau sur-réagit aux allergènes de l’environnement (pollens, poussières, acariens, savons…).

Le risque d’atopie est plus important lorsqu’un ou  les deux parents présentent une atopie ou un eczéma atopique .

Les facteurs environnementaux

Nombreuses sont les études qui cherchent à expliquer l’envolée du nombre de cas de dermatites atopiques. Plusieurs pistes sont retenues.

L’augmentation des accouchements par césarienne

Le bébé ne récupère pas la flore de sa maman. Cela pourrait expliquer un microbiote perturbé qui dysfonctionne. Ce qui a amené les chercheurs à se pencher sur l’intérêt des probiotiques pendant la grossesse, l’allaitement et chez les jeunes enfants.

Trop d’hygiène ?

On observe que la prévalence de la dermatite atopique augmente avec l’industrialisation du pays.

La mise en place de règle d’hygiène quotidienne a pu avoir un effet pervers, notamment par l’utilisation de savons trop décapants qui vont endommager le film lipidique de la peau et altérer son effet barrière

Pas assez d’infections ?

Certains chercheurs émettent l’hypothèse que du fait de la diminution des infections (virales ou bactériennes), le système immunitaire se focalise sur la production d’Ig E et la réaction aux allergènes

Une hygiène et des soins adaptés

L’hygiène et les soins doivent être adaptés et seront différents selon que l’enfant est en phase de poussée ou non.

En phase de poussée

Apaiser l’inflammation

Le médecin prescrira une crème à base de cortisone (aussi appelés dermocorticoïdes).

Souvent cette prescription est mal vécue car la cortisone a mauvaise presse. En effet, la prise sur le long terme de comprimés à base de cortisone peut avoir un effet sur l’apparence du patient, notamment au niveau du visage. Ce n’est pas le cas avec un traitement local ! De plus, lorsqu’on arrête les applications, les lésions reviennent, c’est décourageant ! Pourtant, ce traitement est indispensable pour soulager l’enfant et si les lésions reviennent c’est parce que l’élément déclencheur n’a pas encore été identifié !

« Ne soyez pas corticophobe »

Sur les zones non inflammatoires

La douche et le soin des lésions, suintantes ou non, pourront se faire avec des produits à base de cuivre et de zinc, oligo-éléments aux propriétés antiseptiques douces.

La peau devra être « graissée» pour éviter au maximum la perte en eau avec des produits émollients. Ces produits ont pour but de traiter la « xérose » ou sécheresse cutanée sévère.

Identifier et éloigner le  facteur déclencheur

Les poussées souvent provoquée par une exposition à l’un ou m’autre des facteurs déclencheurs : allergènes, détergent de savon, lessive etc.

Identifier et éloigner cet élément déclencheur permettra de diminue l’ampleur de la crise.

En période d’accalmie

La sécheresse cutanée sévère doit être combattue sans relâche !

Il faut, en permanence, restaurer le film lipidique de la peau pour éviter l’évaporation de l’eau. L’application quotidienne ou pluriquotidienne de produits émollients constitue le traitement de fond de la dermatite.

Par ailleurs pour la toilette :

  • préférez les douches (5 minutes)  au bain (maximum 15 minutes),  le temps passer pour se laver doit être court car l’exposition au calcaire de l’eau dessèche la peau.
  • utilisez de l’eau tiède ne dépassant pas 34°C
  • utilisez des « huiles lavantes » ou des savons surgras non détergents, sans parfum, sans parabens et en limitant les produits allergisants comme les huiles essentielles.
  • Ne séchez pas l’enfant en frictionnant avec une serviette mais en tamponnant délicatement pour limiter l’irritation.

Pour apprendre à gérer la maladie au quotidien, y compris avec les traitements de crise et les crèmes à la cortisone, il existe des écoles de l’atopie. Pour trouver l’adresse la plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site La Fondation Dermatite Atopique.

La dermatite atopique est un sujet préoccupant au quotidien pour de nombreux parents. Pour l’hygiène et les soins du quotidien comme pour les périodes de crise, votre pharmacien et son équipe sont à vos côtés pour vous conseiller et vous aider à faire les bons choix.

PHARM-UPP Notre métier, pharmacien Notre ambition, être le partenaire dédié à votre santé
accueil, écoute, conseil