Définition de l’insuffisance cardiaque

Par ses battements réguliers, le cœur a pour fonction d’irriguer l’ensemble des tissus de l’organisme pour lui fournir oxygène et substances nutritives. En cas d’effort, le cœur s’adapte et augmente son débit et sa fréquence. Mais avec l’insuffisance cardiaque, il fatigue et a de moins en moins de force. Dans un premier temps, pour compenser, il va se mettre en sur régime et accélérer les battements cardiaques, puis il va se muscler davantage pour avoir plus de force, il va donc augmenter de volume.

Les causes et les mécanismes en jeu dans l’insuffisance cardiaque

Mécanisme N°1, le plus fréquent, la destruction des fibres musculaires cardiaques comme dans l’infarctus.

Mécanisme N°2, la lutte contre un obstacle à la circulation sanguine : cette fois, l’hypertension artérielle en est la cause la plus fréquente. Elle oblige le cœur à « forcer » pendant des années pour maintenir un débit constant dans les artères sous tension. L’obstacle peut aussi être un rétrécissement sur la valve aortique au sortir du cœur.

Mécanisme N°3, une maladie de la fibre musculaire : soit par inflammation (myocardite), soit d’origine familiale, soit par atteinte toxique (alcool) , endocrinienne (hyperthyroïdie), ou auto-immune (lupus). On parle de cardiomyopathies.

Mécanisme N°4, un reflux du sang dans le cœur à cause d’une valve cardiaque déficiente (insuffisance aortique ou insuffisance mitrale) : le cœur peine pour éliminer ce reflux de sang.

Mécanisme N°5, les malformations congénitales avec des communications anormales entre le cœur gauche et le cœur droit.

Les symptômes qui accompagnent l’insuffisance cardiaque

  • Au tout début, l’insuffisance cardiaque ne s’accompagne d’aucun symptôme.
  • Puis, lors des efforts modérés, la fatigue ressentie témoigne de la défaillance du cœur. Elle signale que les muscles et le cerveau ne reçoivent pas suffisamment d’oxygène et d’énergie.
  • Peu à peu, va également s’installer une gêne à respirer (dyspnée), un essoufflement à l’effort. En fait, les vaisseaux pulmonaires sont sous pression, le cœur n’ayant plus assez de force. De l’eau sort des vaisseaux pulmonaires et envahit les alvéoles pulmonaires chargées de l’apport en oxygène au sang : c’est l’oedème pulmonaire qui est une grave urgence. La nuit, une toux ou une gêne respiratoire peuvent survenir en position allongée et obliger à augmenter le nombre d’oreillers pour dormir (éventuellement en position assise).
  • Les battements du cœur s’accélèrent.
  • Les jambes et les doigts de pied sont gonflés.

Quand consulter en urgence ?

Attention ! Des gonflements (jambes gonflées, veines du cou…), une prise de poids rapide, un kilo par jour (en fait de l’eau), un gonflement et des douleurs au niveau du foie (par stagnation du sang et manque d’oxygène) signalent une poussée d’insuffisance cardiaque, une gêne respiratoire qui augmente. Il faut consulter son médecin. Chez les personnes âgées, les signes peuvent être plus atypiques : fatigue, confusion, désorientation, prise de poids rapide, chute, comportement anormal.

Quand appeler le samu ?

En cas de palpitations, malaise, sueurs, d’essoufflement augmenté en position allongée appeler le 15.

Comment établit-on le diagnostic ?

Face aux signes présentés par le patient, le médecin traitant va mener une véritable enquête. Le patient consomme t-il de l’alcool (facteur aggravant), présente-t-il des facteurs de risques cardiovasculaires (hypertension, tabac, cholestérol), souffre-t-il d’autres maladies ? Il demandera un bilan sanguin, un radio thoracique qui renseignera sur la taille du cœur (augmentée ou pas), et une éventuelle surcharge des poumons (œdème pulmonaire…). Un echo-doppler cardiaque permettra de visualiser l’épaisseur du myocarde et la taille des cavités cardiaques. Cet examen évalue la capacité de contraction du cœur et sa faculté de remplissage, il analyse tout particulièrement la qualité fonctionnelle du ventricule gauche chargé d’envoyer du sang dans l’organisme, le résultat s’appelle fraction d’éjection du ventricule gauche. Parfois, chez les jeunes adultes, un électrocardiogramme d’effort est également prescrit.

Les différents traitements

Selon la nature de l'insuffisance cardiaque (post infarctus, droite ou gauche…) le traitement diffère. Cependant, son objectif reste le même pallier aux insuffisances du cœur avec :

  • des traitements « tonicardiaques »,
  • des médicaments qui diminuent la charge de travail du coeur en diminuant le volume de sang. Les diurétiques chassent l'eau en excès donc diminuent le volume du sang,
  • des médicaments vasodilatateurs qui dilatent les vaisseaux (artères et veines) donc facilitent le pompage du coeur.

Quelle hygiène de vie ?

Essentielle et sans surprise dans le contexte d’une maladie cardio-vasculaire, elle consiste à manger moins salé (maximum 4 à 6 g par jour), à réduire les liquides (1 à 2 l par jour), à limiter sa consommation d’alcool (3 verres pour les hommes, deux pour les femmes), à pratiquer une activité physique (la marche…) et à supprimer le tabac.

Une prise en charge à 100%
Les examens et les soins en rapport avec cette affection de longue durée (ALD) seront pris en charge à 100 %, dans la limite des tarifs fixés par l’Assurance Maladie.

PHARM-UPP Notre métier, pharmacien Notre ambition, être le partenaire dédié à votre santé
accueil, écoute, conseil