L’alimentation de nos aînés ou d’un proche malade a tendance à s’appauvrir en protéines. Parce qu’ils ont moins envie de cuisiner, parce qu’ils sont seuls, fatigués ou nauséeux la consommation de protéines animales sous forme de viande diminue et bien souvent elle n’est pas compensée par une source végétale.

Notez que l’absence de prothèse dentaire ou une prothèse dentaire mal adaptée sont très invalidantes pour la mastication et dissuade bien souvent de consommer de la viande.

Les protéines sont essentielles pour un bon état musculaire, cutané, osseux etc. Elles interviennent également dans de nombreux mécanismes physiologiques sous forme d’hormones, d’enzymes digestives etc.

Ce qui doit alerter

La perte de poids involontaire et importante surtout sur une période courte. On parlera de dénutrition si la perte est d’au moins 5% du poids initial en 1 mois ou de 10 % en 6 mois. En d’autre termes, si une personne de votre entourage pesant 70 kg perd plus de 3,5 kg en un mois (ou 7 kg en 6 mois) sans avoir fait de régime, il est nécessaire d’en parler à son pharmacien ou à son médecin traitant.

L’évaluation médicale de la dénutrition

Cette évaluation par le médecin de l’état nutritionnel d’un patient se fera sur plusieurs critères :

  • L’âge du patient
  • L’évaluation de la perte de poids
  • La mesure du poids et de la taille du patient pour calculer son IMC (Indice de Masse Corporelle) le jour de la consultation.
  • Le dosage sanguin d’albumine

L’ensemble de ces critères permettra de déterminer si le patient est dénutri ou non et de proposer des solutions et un accompagnement.

La prise en charge

Si le patient a toujours de l’appétit :

  • Une consultation dentaire s’impose si l’état de la dentition ou si le port d’une prothèse mal adaptée conduit le patient à s’alimenter moins.
  • Si aucune amélioration de la mastication n’est possible, adapter la texture des aliments pour en faciliter la consommation. Il peut être nécessaire de couper très fin les aliments ou de les mixer.
  • Si le patient n’arrive plus à préparer ses repas tout seul, il peut être envisagé une aide à la préparation des repas ou un portage de repas à domicile.
  • À la maison, les repas peuvent être enrichis en protéines et en calories (œufs, crèmes, gruyère, gruyère râpé…). Avec l’âge la perception des goûts est modifiée. Les saveurs salée et sucrée sont souvent les seules encore bien perçues. Tenez en compte dans la préparation des plats.

Si l’alimentation du patient n’est plus suffisante :

Le médecin peut prescrire des compléments alimentaires qui sont hyperprotéinés et hypercaloriques. L’apport de calories supplémentaires procurera l’énergie nécessaire aux patients pour assimiler l’apport supplémentaire de protéines sans puiser dans ses propres réserves.

Ces compléments se présentent sous la forme de boisson avec ou sans lactose, de jus de fruits, de potage, de crèmes, de compotes… Il en existe également « goût neutre » qui peuvent être utilisés pour la préparation de repas classique (préparation d’une sauce, d’un gratin etc.).

Votre pharmacien et son équipe vous accompagneront pour le choix de compléments alimentaires adaptés et votre suivi alimentaire ou celui d’un proche dénutri.

PHARM-UPP Notre métier, pharmacien Notre ambition, être le partenaire dédié à votre santé
accueil, écoute, conseil