Les rhumatismes : une grande famille

Les rhumatismes sont un terme « fourre-tout » qui englobe les douleurs et les raideurs articulaires.

80% des rhumatismes sont liés à l’arthrose. Dans ce cas, c’est  un rhumatisme d’origine mécanique qui survient avec l’usure du cartilage.

Les autres rhumatismes sont essentiellement des rhumatismes inflammatoires (arthrites chroniques) qui évoluent sur de longues périodes  (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante…), ou alors des arthrites aigues liées à une infection (bactérie, virus…).

Arthrose : une usure du cartilage mais pas seulement.

Au départ, le  cartilage est souple, lisse. Il permet une parfaite lubrification de l’articulation. Malheureusement,  avec le temps, les sollicitations répétées, il perd de son élasticité, s'affine, se fissure, se désagrège. Il peut même finir par disparaître localement, laissant l'os à nu, comme dans certaines arthroses de hanche.

La conséquence de cette dégénérescence, c’est que le cartilage dégradé, insuffisant ou absent ne joue plus ou de moins en moins son rôle d'amortisseur des chocs, de lubrifiant. Il perd ses capacités de répartition harmonieuse des pressions entraînant ainsi douleurs et les raideurs.

Les atteintes arthrosiques débutent par une atteinte du  cartilage mais elles gagnent ensuite les autres composants de l’articulation : la synoviale et l’os.

Les signes de l’arthrose et facteurs favorisant son développement.

Généralement au repos, tout va bien, les douleurs mécaniques se manifestent surtout quand  l'articulation est mobilisée, en marchant, en montant les escaliers, en utilisant ses doigts …

Il existe une phase typique de « dérouillage matinal ». La douleur à la mobilisation est importante au lever et s’estompe petit à petit.

Les articulations les plus concernées  sont celles qui ont été  malmenées dans le temps par une chute accidentelle  ou qui ont fait l’objet d’une sollicitation excessive au cours d’une pratique professionnelle ou sportive intensive ou sur des terrains très accidentés.

L’arthrose peut rendre la pratique d’une activité physique douloureuse. Cependant, l’arrêt de toute activité physique aggravera, à coup sûr, la dégénérescence du cartilage. Il est donc  impératif de maintenir une activité physique adaptée pour maintenir son capital « articulation ». Cette activité ne doit pas être trop violente pour les articulations et vous devez la pratiquer en étant bien équipé (chaussures à semelles qui amortissent les chocs, orthèses de soutien si nécessaire…)

Le surpoids ou l’obésité favorisent également  le développement de l’arthrose à cause de la pression trop importante que le poids du corps fait supporter aux articulations en général, celles de la hanche et du genou en particulier. La perte de poids peut donc contribuer à préserver ses articulations ou à diminuer les douleurs.

Les traitements qui soulagent

Les traitements classiques sont :

  • les antalgiques comme le paracétamol
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
  • Les anti-arthrosiques symptomatiques d’action lente (AASAL)
  • les injections intra-articulaires de corticoïdes (crise aigüe), d’acide hyaluronique (hors crise).

Par ailleurs, certaines plantes (harpagophytum, prêle, curcuma, cassis...), oligoéléments (cuivre, sélénium…) ou huiles essentielles (gaulthérie, eucalyptus citronné, laurier noble…) peuvent améliorer le confort articulaire.

Tous ces traitements même à base de plantes ont des précautions d’emploi et des contre-indications. Demandez conseil à votre pharmacien !

Vous pouvez également agir mécaniquement sur l’articulation douloureuse. Par exemple, pour soulager les douleurs d’arthrose du pouce, une orthèse portée la nuit met l'articulation au repos et contribue à  soulager les douleurs. Parlez-en à votre pharmacien, il vous conseillera dans le choix d’une orthèse adaptée à votre douleur et à sa localisation ou vous délivrera celle prescrite par votre médecin traitant.

Pensez aussi à la canne !

Avec une jambe cassée ou un ligament abîmé (entorse), on ne discute pas les béquilles. En cas de rhumatismes ce devrait être pareil ! La canne est un moyen efficace de soulager  les pressions sur l’articulation qui souffre. En période de crise douloureuse d'un genou ou d'une hanche, il convient de l'utiliser, du côté opposé à l'articulation en crise, ce qui soulagera la pression et diminuera la douleur.

PHARM-UPP Notre métier, pharmacien Notre ambition, être le partenaire dédié à votre santé
accueil, écoute, conseil