Les « vraies » allergies médicamenteuses mettent en jeu le système immunitaire contrairement aux « pseudo-allergies » appelées aussi intolérances médicamenteuses qui sont des réactions de causes différentes. Tous les médicaments sont susceptibles de déclencher une allergie !  Certains d’entre nous présentant une allergie à d’autres allergènes sont évidemment plus exposés à ce type d’effet secondaire !

Il faut penser à une allergie à un médicament si dans les minutes qui suivent la prise de ce  médicament (moins d’une heure), vous observez l’un ou plusieurs  des symptômes suivants :

  • Une urticaire ou un rash cutané
  • Des troubles digestifs : vomissements, diarrhées, douleurs de ventre
  • Des picotements  au niveau des yeux, de la langue, des lèvres
  • Des difficultés respiratoires, une  toux
  • Un gonflement important (œdème) de la langue, du larynx (œdème de Quincke), du visage
  • Sensation de malaise (pouvant aller jusqu’au choc anaphylactique)

Si vous présentez les signes d’une allergie médicamenteuse,  il vous faut :

  • Prendre un comprimé d’antihistaminique (loratadine, cétirizine, …) dès que possible. Si vous n’en disposez pas à la maison et  si votre état le permet, rendez-vous à la pharmacie la plus proche pour vous en procurez sans ordonnance et être conseillé.
  • Appeler votre médecin traitant  ou contactez le 15 si vos symptômes vont au-delà de la réaction cutanée et / ou des troubles digestifs. Certaines réactions graves peuvent nécessiter, après avis médical, l’administration de corticoïdes, d’adrénaline, d’oxygène etc.
  • Dans tous les cas, stopper la prise du médicament suspecté et prendre rapidement avis auprès de votre médecin traitant. Vous envisagerez avec lui la poursuite  du traitement s’il estime que la réaction n’est pas liée à la prise de ce médicament  ou son remplacement si nécessaire.

Quelques conseils si vous souffrez d’allergie médicamenteuse identifiée :

  • Toujours les mentionner à votre médecin et votre pharmacien.
  • Porter sur vous une carte détaillant les médicaments auxquels vous êtes allergiques.
  • En cas d’allergie à l’aspirine, n’utilisez pas d’huile essentielle de gaulthérie ni de produits naturels contenant du saule ou de la reine-des-prés. En effet, ces produits de phytothérapie contiennent des molécules dont la structure chimique, proche de celle de l’aspirine (acide acétylsalicylique),  est susceptible de provoquer une réaction allergique.

En cas d’allergie supposée à l’iode (fruit de mer, poisson, crustacé etc.) précisez-le si vous devez subir un examen type scanner ou IRM ou si vous devez utiliser des antiseptique iodés de type Bétadine® ou  povidone iodé.

PHARM-UPP Notre métier, pharmacien Notre ambition, être le partenaire dédié à votre santé
accueil, écoute, conseil